Epargne Pierre : une vision de moyen-long terme

SCPI BureauCapital variableSCPI ouverte à la souscription
SCPI EPARGNE-PIERRE
Gestionnaire voisin
DVM 2018
5.97%
TRI 10 ans
0.00 %
Epargne Pierre : une vision de moyen-long terme 21 juillet 2016

Au terme de son deuxième exercice plein, Epargne Pierre (Voisin) confirme son développement. En l’espace d’un an, sa capitalisation est passée 5,95m€ à 9,6m€. Quant à sa collecte, le conseil de surveillance doit être satisfait. Regrettant l’année dernière qu’elle soit peu importante, elle a quasiment triplé en 2015 : 3,5m€ en net contre 1,3m€ en 2014.

Fidèle à une stratégie d’investissement ciblant des locaux récents, des locataires de qualité et « des durées fermes d’engagement de location » la SCPI a rentré de nouveaux actifs sans recourir à l’endettement. Ce sont des bureaux à Dijon (en indivision avec Foncière Rémusat, 1,2m€) et à Besançon (1,29€). Mieux ces opérations offrent respectivement une rentabilité de 7,02% et de 8,28%.

Au beau fixe, l’activité locative se résume par un taux d’occupation financier au zénith (100%). Et les quelques litiges d’ordre locatif (recouvrement de loyers et charges) sont minimes pour ne pas conduire à la « nécessité de constituer de provision pour clients contentieux ».

Au final, le conseil de surveillance note « avec satisfaction les chiffres clés de l’exercice ». La rentabilité progresse avec un dividende de 12.36 € (vs 11,28€), un report à nouveau de 1,17€ (vs 0,72€) sans compter une « bonne tenue de la valeur d’expertise des immeubles acquis en 2013 et 2014 ».

Bref, rien à redire sauf le point légitime formé par un changement d’actionnariat. En septembre 2015, VOISIN a en effet, intégré le Groupe Atland. Une « évolution naturelle, préparée, encadrée sans bouleversements » précise l’organe de contrôle. Elle ne doit en rien affecter le fonctionnement ni les objectifs dynamiques d’Epargne Pierre « sinon apporter un environnement favorable à son développement ». De ce point de vue, 2016 est placée sous le signe de l’ambition : renforcer la collecte tout en investissant avec sélectivité. Le tout s’accompagne d’une vision de moyen long terme. Un aspect essentiel qui nécessite de se « tenir à l’écart de la surchauffe sur certains actifs immobiliers dans un contexte où les liquidités sont abondantes et les conditions de crédit très favorables ».