La SCPI Crédit Mutuel Pierre 1 cède sa part dans l’immeuble qui abrite le groupe Bayard Presse

SCPI BureauCapital variableSCPI ouverte à la souscription
SCPI CREDIT-MUTUEL-PIERRE
Gestionnaire la-francaise-rem
DVM 2019
4.00%
TRI 10 ans
3.98 %
La SCPI Crédit Mutuel Pierre 1 cède sa part dans l’immeuble qui abrite le groupe Bayard Presse 14 novembre 2017

A Montrouge, dans les Hauts de Seine,  l’immeuble « Le Mineralis », qui abrite le groupe Bayard Presse confère un prestige au quartier. C’est là que sont édités « La Croix », « Le Pèlerin », et quantités de titres de la presse enfantine, tous leaders sur leur secteur… Au cours du troisième trimestre, la société de gestion a cédé sur l’opportunité de céder sa quotepart sur cet immeuble de 15 000 mètres carrés, pour un montant de 103,5 millions d’euros.

Sur la même période, les mouvements locatifs ont été nombreux : 7 700 mètres carrés reloués, 13 473 mètres carrés libérés. Au 30 septembre, le taux d’occupation physique s’élève à 83 ;11% et le taux d’occupation financier, à 82,4%.

Sur le plan de la commercialisation, deux baux importants sont à signaler. Le premier porte sur 1 079 m² dans l’immeuble de Stephenson à Montigny-le-Bretonneux (où la quote-part de la SCPI est de  53%). La seconde signature porte sur la totalité des surfaces (3 043 m²) dans l’immeuble situé au 90/92, rue de Villiers à Levallois-Perret (où la quote-part de la SCPI est de 50%). L’immeuble était entièrement vacant depuis le 1er août. La prise à bail en l’état a pris effet au 1er novembre pour six ans fermes.

Parallèlement, le départ du Logement Français, qui libère 7 455 m2 dans Axe Défense à Courbevoie, a permis d’avancer sur le processus d’arbitrage entamé avant l’été, et d’entrer en discussion exclusive avec un acquéreur.

La SCPI va poursuivre ses efforts à la fois sur le plan commercial et sur le plan d’arbitrage afin de réduire son stock de locaux vacants.

Sur le marché des parts, les souscriptions du trimestre ont atteint 4,1 millions d’euros dont la totalité a assuré la contrepartie au retrait de 14 571 parts. Ces volumes insuffisants se traduisent par la hausse du nombre de parts en attente de retrait qui passe de 83 714 en juin dernier à 90 529 au 30 septembre 2017 représentant 2,18% du total des parts. Toutefois, le fonds de remboursement, toujours disponible, a permis de satisfaire les 3 157 demandes de remboursement de parts aux associés contraints par l’urgence, évitant ainsi le délai de traitement de près de 12 mois.